Stress et Performances Sportives

De nos jours, le « Stress » est identifié comme le mal du siècle, on en parle dans tous les domaines de la vie : sportives, professionnelles, personnelles… Mais on peut constater que chacun à sa propre définition du stress, certains évoquent « une émotion comme par exemple la peur », d’autres « une sensation physique comme le mal au ventre », ou encore « des pensées négatives qui ont une influence sur le comportement » … mais qu’en est-il vraiment, le stress est-il si négatif que cela et en particulier pour le sportif ?

Le Stress, c’est quoi ?

C’est un ensemble de réponses produites par l’organisme lorsqu’il rencontre une situation qui lui demande un effort d’adaptation (ex : accélération cardiaque, respiratoire…). Le Stress est donc une réponse physiologique face à une perception et une interprétation de notre environnement.

Le stress est une réaction normale qui nous permet de mobiliser des ressources afin de faire face à des situations (fight or flight).

On peut distinguer 2 formes stress : le « bon stress » et le « mauvais stress »

– Le Bon Stress : augmentation de la concentration, de la force, de la vitesse, de la motivation, de l’envie, de l’enthousiasme…
– Le Mauvais : angoisse, peur, sensations corporelles désagréables, tensions, pensées négatives, fatigue…

Comme indiqué dans le schéma ci-dessous, il existe une zone de « Stress Optimal » ou « zone de performance optimale » dans laquelle le stress joue un rôle positif et indispensable pour réaliser une performance sportive en mobilisant toutes les ressources de l’organisme.

Tout Sportif a besoin du stress pour performer, le stress est donc un allié qu’il faut apprendre à maîtriser.

A l’inverse, trop de stress peut avoir des effets négatifs sur la performance sportive et même favoriser le risque de blessure

On peut distinguer 3 phases dans le Stress

– Phase d’alarme : le corps mobilise toute ses ressources pour faire face à une situation (Ex : avant de monter sur le ring, ou sur le terrain)

– Phase de résistance : le corps résiste dans cette situation (cette phase permet de maintenir la mobilisation de ses ressources sur un temps un peu plus long)

– Phase d’épuisement : le corps s’épuise si le stress dure trop longtemps (ex : une personne qui stresse une semaine avant la compétition, peut arriver le jour « J » très fatiguée et avoir perdue 50% de son énergie, qui pourra lui manquer le jour de la compétition).

Gérer son Stress afin d’optimiser son potentiel

Pour gérer son stress il est important de :

– Reconnaître les signaux envoyés par l’organisme : tensions, sensations, ressentis, pensées, émotions…
– Identifier les agents stressants qui les provoquent : enjeux, regard des autres, comparaison aux adversaires, échec…
– Travailler de nouvelles réponses à mettre en place dans les situations stressantes (ex : Changer ma perception des choses ou mon comportement, réguler mes émotions…)

On peut classer les signes du stress en 4 grandes catégories

– Les réactions physiologiques : rythme cardiaque, respiration, pression sanguine…
– Les réactions cognitives : surévaluer les difficultés des obstacles, pensées négatives, prévoir le pire, difficulté de concentration…
– Les réactions émotionnelles : peur, colère, irritabilité, impatience…
– Les réactions comportementales : crispation, perte de sensations, perte ou augmentation d’appétit, surentraînement, augmentation de consommation de médicaments, alcool, cigarettes…

Les différents facteurs de stress peuvent être variés :

– La vie sportive : compétitions, enjeux, entraînement, échec, blessure…
– La vie professionnelle : le travail, les collègues, le patron, la pression, l’organisation du temps…
– Les évènements de vie : mariage, naissance, perte d’un emploi, décès d’un proche…
– La santé financière : chômage, fin de mois…
– Les relations interpersonnelles : difficulté à dire non, s’oublier…

Il est important pour chaque sportif d’identifier les facteurs du stress afin de mettre en place des actions pour les réguler

Quelques Conseils pour optimiser sa gestion du Stress

– Prendre soin de la qualité de son sommeil
– Travailler sa capacité d’adaptation aux situations stressantes : plus je m’adapte mieux je me porte
– Prendre du plaisir dans ce que l’on fait : ne pas oublier le plaisir de l’activité elle-même avant la performance « Sans plaisir pas de Performance »
– Eviter de focaliser sur le résultat : se centrer plutôt sur « les moyens » pour atteindre le résultat
– Apprendre à se relaxer et à être dans « l’instant présent » : ce qui nous stresse sont les évènements du passé ou l’anticipation anxieuse du futur
– Mettre en place un discours interne positif : La façon dont je pense influence mon comportement et mes émotions
– Demander de l’aide si besoin : tout le monde à besoin de se sentir aider et soutenu à certains moments de la vie
– Apprendre à dire « non » : ne pas laisser l’environnement ou les relations interpersonnelles venir nous parasiter ou nous prendre de l’énergie inutilement
– Apprendre à se connaître et à prendre du recul sur les évènements : Dédramatiser permet de percevoir les choses différemment
– Faire une liste des choses à faire, à prioriser, à déléguer et ce centrer sur le plus important pour soi.
– Se fixer des objectifs ambitieux, mesurables et atteignables…
– Prendre soin « de soi », de son corps et de son mental…

Franck Estève
Psychologue/Préparateur Mental